L'Œuvre du mois


avril 2018 Archéologie

Un statère de Nectanébo II

Scepticisme initial
Les chercheurs suggèrent que les Lydiens, dont le royaume était situé sur le littoral ouest de la péninsule anatolienne, sur le territoire de l’actuelle République de Turquie, auraient frappé la première monnaie de l’histoire au cours du VIIème siècle avant J. – C.  Après cela, la plupart des autres états du bassin méditerranéen auraient commencé à frapper leur propre monnaie et un contexte d’économie monétisée aurait rapidement dominé la plupart des transactions financières nationales et internationales. Beaucoup de ces premières monnaies étaient frappées en or et en argent. Les Égyptiens anciens étaient réticents à l’adoption de cette nouvelle pratique, ils tenaient fermement à leur système de troc millénaire – consistant donc en l’échange de marchandises de valeur égale. Leur réticence quant à l’adoption de la monnaie a été attribuée à leur supposée aversion de l’utilisation de l’or et de l’argent à de banales fins mercantiles. Cette aversion serait d’origine religieuse, l’or étant considéré par les Égyptiens anciens comme la chair de leurs divinités et l’argent étant considéré par eux comme les os de ces mêmes divinités.  Quand la toute première pièce du type dont FGA–ARCH–EG–0363 fait partie a été identifiée en 1901,  les chercheurs, conscients de la réticence des Égyptiens anciens face à la frappe de monnaies, ont initialement été hésitants quant à son authenticité et l’ont dans un premier temps considérée comme une contrefaçon.
Voir la notice complète Voir l'œuvre dans la Collection

Un statère de Nectanébo II
XXXe dynastie, règne de Nectanébo II, 360-342 avant J.-C.   
Or
1.7 x 1.7 x 0.3 cm
FGA-ARCH-EG-0363

Origine géographique
Égypte

Provenance
Collection Félix-Bienaimé Feuardent (1819-1907)  
Fraysse & Associés, Paris, 26 novembre 2009, lot nº 16

© Fondation Gandur pour l’Art, Genève. Photographe : André Longchamp
© Fondation Gandur pour l’Art, Genève. Photographe : André Longchamp

À voir également