Collections


Arts décoratifs

Une collection de plus de 300 objets d’art et de décoration où la part belle est faite au mobilier français du XVIIIe siècle et à la sculpture, du Moyen Âge à l’art baroque

La collection d’arts décoratifs de la Fondation Gandur pour l’Art compte aujourd’hui près de 400 objets, réalisés entre le XIIe et le XVIIIe siècle. Centrée sur la création européenne, elle illustre la richesse des échanges artistiques et culturels entre la France et ses voisins.

Sujets chrétiens et antiques

Accueillant toute œuvre destinée à s’inscrire dans un décor, la collection se compose en majeure partie de sculptures, de la statuette ornementale au relief architectural. Ivoires, petits bronzes, éléments de retable et statues en pierre ou en bois empruntent leur sujet à l’iconographie chrétienne ou classique : Vierges à l’Enfant, figures de saints, scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament côtoient allégories, héros et dieux antiques, du gothique au rococo. À côté de représentations canoniques figurent aussi quelques sculptures plus atypiques, telle une Sainte Catherine d’Alexandrie en pierre calcaire, au visage délicat encadré d’une longue chevelure ondulée, dont le costume richement orné de perles et de broderies reflète le luxe de la bourgeoisie champenoise au début du XVIe siècle.

Sainte Catherine d'Alexandrie
Bonheur-du-jour « aux grues »

Art de vivre et savoir-faire

S’y ajoute un important ensemble de meubles et d’objets d’art, qui, à travers le luxe de leurs matériaux et la qualité de leur exécution, constituent un reflet de l’art de vivre des élites cultivées et un témoignage du haut savoir-faire des artisans. Marqueteries de bois, d’écaille, de nacre et de pierres dures, laques et porcelaines d’Extrême-Orient, émaux, majoliques et bronzes dorés s’associent dans des combinaisons toujours réinventées. Un petit bonheur-du-jour de Daniel Deloose et Martin Carlin, réalisé vers 1785, allie ainsi la délicatesse graphique du placage de satiné et d’amarante et la subtilité des ornements de bronze à l’exotisme raffiné des panneaux de laque japonais. La multiplicité des tiroirs et cachettes dissimulés sous l’abattant traduit l’usage intime du meuble, plutôt réservé à un univers féminin.

Science et décor

Un groupe plus resserré d’une quarantaine d’horloges, réalisées entre la Renaissance et le Siècle des Lumières, offre un accord singulier entre la maîtrise des instruments de mesure scientifique et la créativité des décors d’inspiration mythologique ou exotique. Enfin, quelques tapisseries et un exceptionnel ensemble d’habits liturgiques en soie, or et argent évoquent les splendeurs de l’art des lissiers et des brodeurs.

Cartel « à la Minerve »

Séduction esthétique, excellence technique et intérêt historique sont les trois critères qui président à l’élaboration constante de cette collection.

Dr Fabienne Fravalo
Conservatrice collection arts-décoratifs