Un statère de Nectanebo II
© Fondation Gandur pour l’Art, Genève
Photographe : André Longchamp
© Fondation Gandur pour l’Art, Genève
Photographe : André Longchamp
Scepticisme initial
Les chercheurs suggèrent que les Lydiens, dont le royaume était situé sur le littoral ouest de la péninsule anatolienne, sur le territoire de l’actuelle République de Turquie, auraient frappé la première monnaie de l’histoire au cours du VIIème siècle avant J. – C.  Après cela, la plupart des autres états du bassin méditerranéen auraient commencé à frapper leur propre monnaie et un contexte d’économie monétisée aurait rapidement dominé la plupart des transactions financières nationales et internationales. Beaucoup de ces premières monnaies étaient frappées en or et en argent. Les Egyptiens anciens étaient réticents à l’adoption de cette nouvelle pratique, ils tenaient fermement à leur système de troc millénaire – consistant donc en l’échange de marchandises de valeur égale. Leur réticence quant à l’adoption de la monnaie a été attribuée à leur supposée aversion de l’utilisation de l’or et de l’argent à de banales fins mercantiles. Cette aversion serait d’origine religieuse, l’or étant considéré par les Egyptiens anciens comme la chair de leurs divinités et l’argent étant considéré par eux comme les os de ces mêmes divinités.  Quand la toute première pièce du type dont FGA–ARCH–EG–0363 fait partie a été identifiée en 1901,  les chercheurs, conscients de la réticence des Egyptiens anciens face à la frappe de monnaies, ont initialement été hésitants quant à son authenticité et l’ont dans un premier temps considérée comme une contrefaçon. [Lire la suite]
 
Un statère de Nectanebo II
FGA-ARCH-EG-0363
XXXdynastie, règne de Nectanébo II, 360-342 avant J.-C.   
Or
1,7 x 1,7 x 0,3 cm
 
Provenance
Egypte
 
Déontologie:
Collection Félix-Bienaimé Feuardent (1819-1907)  
Fraysse & Associés, Paris, 26 novembre 2009, lot nº 16
 
Publications antérieures :
cf, BOLSHAKOV, Andrey O., “The earliest known gold pharaonic coin,” Revue d’Égyptologie, Société Française d'Égyptologie avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique et du Centre National du Livre, Leuven, 43 (1992), p. 2-9
FAUCHER, Thomas, FISCHER-BOSSERT, Wolfgang, DHENNIN, Sylvain, “Les monnaies en or aux types hiéroglyphiques nwb nfr,” Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 112 (2012), p. 149, no. m
BIANCHI, ROBERT STEVEN, in MELA, Charles; MÖRI, Frédéric (éds), Alexandrie la divine, Catalogue d'exposition, Cologny, Fondation Martin Bodmer, 5 avril - 31 août 2014, 2014,  vol. 1, p. 116-117 et vol. 2, p. 1027,  fig. 18,  ill. n/b
BIANCHI Robert Steven, ZIEGLER Christiane, Les bronzes égyptiens. Fondation Gandur pour l'Art, Berne, Till Schaap Edition, 2014, p. 148-151, n° 39
BIANCHI Robert Steven, ZIEGLER Christiane, Egyptian Bronzes. Fondation Gandur pour l'Art, Berne, Till Schaap Edition, 2014, p. 148-151, n° 39
LOEBEN Christian E., « Von Hü und Hott, von Ägyptologie und Münzen, von Goldstücken und dem "Weißen Rößl" sowie ein weiteres Mal, auch "Pferde-mäßig" zur Nebu-nefer-Münze », in LEHMANN, R., HAMBORG, B., SIEBERT, A.V., VOGT, S. AND LOEBEN, C.E. [eds.], Nub nefer - Gutes Gold. Gedenkschrift für Manfred Gutgesell, Hannoversche Numismatische Beiträge 1, Rahden et Westfalen, Verlag Marie Leidorf, 2014, p. 67-84, fig. 7-8
cf, WOJCIECHOWSKA, Agnieszka, From Amyrtaeus to Ptolemy: Egypt in the fourth century B.C., Philippika 97, Wiesbaden, Harrassowitz, 2016, p. 29, 51, passim.