La collection d’arts décoratifs de la Fondation Gandur pour l’Art compte plus de trois cents objets et s’organise en quatre grands domaines.

Le mobilier français du XVIIIe siècle en constitue la branche fondatrice et principale avec les réalisations prestigieuses de maîtres ébénistes tels que Martin Carlin, Jean-Henri Riesener ou Adam Weisweiler. Les décors les plus raffinés — marqueterie de bois précieux, de paille ou de métal, laque d’Asie, bronze doré ou décor peint — habillent une gamme de meubles s’étendant du bureau au guéridon, en passant par le bonheur-du-jour, la commode ou le cabinet à secret. Quelques pièces de mobilier médiéval et Renaissance viennent compléter cet ensemble.

La sculpture, du Moyen Âge à l’art baroque, est l’un des autres grands axes de cette collection, concentré sur l’art chrétien, avec de nombreuses représentations de la Vierge et de la Vie du Christ, sous forme de statuettes et de reliefs d’ivoire ou d’éléments de retable en bois.

La collection comporte également des objets d’art et de décoration alliant le luxe des matériaux – pierre dure, ivoire, émail, porcelaine de Chine ou majolique – à la préciosité de leur mise en œuvre dans des vases, des coffrets, des miroirs ou des luminaires. S’y ajoute un bel ensemble de tapisseries exécutées entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

Enfin, une belle part est faite à l’horlogerie, qui associe les savoir-faire technologiques les plus pointus de la Renaissance et du siècle des Lumières à une iconographie savante et variée, recourant à des sujets mythologiques ou exotiques.

La curiosité, le goût et l’attrait pour l’excellence technique et esthétique des objets président à l’élaboration de cette collection d’arts décoratifs.